Voilà encourage l'intégration des différences (2012-2013)

 

Diversité

Nous sommes tous différents. Il y en a des gros, des maigres, des petits, des grands. Certains ont la peau noire ou blanche, d’autres sont bronzés ou deviennent très vite rouges au soleil. Certains sont nés sur la banquise, d’autres en Europe, en Afrique ou en Asie. Il y a des colériques, des sympathiques, d’autres qui ne sont jamais contents, des fainéants et des courageux. Certains aiment la musique, d’autres la lecture, regarder la télévision alors que d’autres sèment le chaos. Certains sont riches, d’autres pauvres, les uns croient en Dieu, les autres non. Il y a des enfants qui vont à l’école pendant que d’autres sont malades ou travaillent.

Bref, nous sommes tous différents, tous uniques. Chacun est né avec des traits de caractère uniques, chacun grandit avec ses propres coutumes et habitudes, chacun apprend la langue de ses parents et profite du contact avec les autres. Sur ce point, nous nous ressemblons tous : nous sommes nés, nous vivons, jouons, dansons, chantons, pleurons, rions. Nous aimons, pensons, imaginons, rêvons d’être heureux.

Et tous, nous souffrons lorsque les autres se moquent de nous, nous rejettent et nous méprisent car nous sommes différents.

 

Santé

Les associations de jeunesse, dans leur travail avec les enfants et les jeunes, sont sans cesse confrontées à ces discriminations entre jeunes ou à des enfants exclus à cause de leur différence, que ce soit lors d’activités en plein air ou pendant des moments de détente (p.ex. lorsqu’un enfant a plus de peine à participer à d’une activité corporelle à cause de ses capacités physiques). Toutes ces situations nécessitent une sensibilisation des monitrices et moniteurs à l’égard de cette thématique afin qu’ils/elles soient en mesure de gérer correctement d’éventuels futurs conflits. De plus, les enfants et les jeunes doivent également être sensibilisés à ce thème pour qu’ils n’apprennent pas uniquement le respect envers eux-mêmes et les autres, mais aussi la tolérance et qu’ils deviennent ainsi conscients que leur diversité est une force et non pas une faiblesse au quotidien. Leur estime de soi en sera renforcée et ils pourront avancer avec confiance dans la vie.

Traiter le thème « encourager l'intégration des différences » prouve que le projet Voilà réagit au besoin de renforcer les jeunes dans leur développement personnel et de leur fournir une base saine et solide pour leur vie future.

 

Définition de la discrimination

Dans un contexte social, la discrimination est la différenciation, l’isolement, la ségrégation de personnes ou de groupes de personnes par rapport à une plus grande entité. Elle se retrouve dans la restriction des droits de certaines personnes ou groupes de personnes par le fait qu’elles sont traitées de manière particulièrement défavorable sans rapport objectif à des critères qui caractérisent la grande entité.

Que ce soit de manière volontaire ou inconsciente, la discrimination viole l’égalité de droit et des chances mais également l’égalité des obligations pour tous.

Exemples de critères discriminants :

  • Statut social
  • Revenu
  • Sexe
  • Orientation sexuelle
  • Âge
  • Origine géographique ou sociale
  • Couleur de peau
  • Apparence ou style vestimentaire
  • Opinion personnelle ou appartenance à un mouvement philosophique
  • Religion
  • Culture, style de vie

 


Les jeunes sont sans cesse confrontés à des situations discriminantes au quotidien, que ce soit à l’école ou pendant leurs loisirs. Souvent, c’est à cause de leur différence ethnique, physique, sociale, etc. Certains gèrent plus ou moins bien ces situations alors que d’autres sont très rapidement exclus. Ceci nuit à l’estime de soi. Cette dernière est importante tant au niveau physique que social et psychologique pour le développement de l’enfant.

L’encouragement à vivre la diversité permet à chaque enfant d’être accepté tel qu’il est et renforce son estime de soi. Des mesures de prévention sont donc adaptées dès le plus jeune âge.

Vers les jeux sur l'intégration des différences

 

 

Compétences dans le domaine du risque et de l‘ivresse (2011-2012)

Dans leur travail avec les enfants et les jeunes, les associations de jeunesse sont continuellement confrontées à l’ivresse et au risque, que ce soit lors d’un exercice nocturne, en jouant dans l’eau, lors de bizutages ou en buvant une bière à la fin de la journée dans les camps d’été. Toutes ces activités demandent aux moniteurs et aux monitrices d’être sensibilisé-e-s aux risques et de savoir les évaluer dans une situation donnée – c’est la seule manière d’éviter des accidents lors de ces activités. En abordant le thème « Promouvoir les compétences au risque et à l’ivresse », Voilà répond au besoin en jeunes compétents dans le domaine de la gestion des risques en les formant à être des moniteurs et des monitrices maîtrisant la gestion des risques.

 

Conséquences pédagogiques dans la gestion du risque et de l‘ivresse

L’être humain a un besoin naturel de situations de risque et d’expériences enivrantes qu’il recherche quotidiennement de multiples manières. Ceci appelle à une gestion et à un encadrement conscient des situations de risque et d’ivresse. Dans le quotidien des camps, cela signifie que les moniteurs et monitrices se penchent explicitement sur le thème « risque et ivresse » dans le cadre de leur travail associatif.

Les mesures préventives, notamment dans le domaine du travail avec les enfants et les jeunes, ne sont efficaces que si elles sont planifiées et organisées dans l’environnement naturel. Les expert-e-s concluent qu’il est utile de sortir la gestion des risques et de l’ivresse du cercle des problèmes et de considérer qu’il s’agit d’espaces fondamentaux du comportement humain et d’expériences nécessaires. Pour les moniteurs et monitrices, cela signifie qu’ils peuvent consciemment aborder le risque et l’ivresse au sein du camp. Le risque et l’ivresse ne sont ainsi pas désignés comme problèmes, mais discutés ouvertement et cultivés (encadrés). Au quotidien du camp, cela implique par exemple que les moniteurs et monitrices parlent ouvertement d’expériences comme d’une randonnée nocturne, de journées de survie, d’épreuves du feu, etc. et que ces expériences soient intégrées dans le programme du camp avec une préparation et un débriefing.

 

Risflecting©, une méthode de gestion du risque et de l‘ivresse

La nouvelle méthode « Risflecting© », utilisée dans le cadre du thème bisannuel « Promouvoir la compétence au risque et à l’ivresse », est prometteuse et connue pour son approche novatrice dans le développement de compétences personnelles et d’une communication ouverte, notamment auprès des jeunes : « Risflecting© part du principe qu’une approche optimale du risque et de l’ivresse se base non pas sur la mise en garde face au danger, mais sur une construction d’un pont communicatif entre la raison quotidienne et le domaine du risque. Le fait de prendre un RISque/d’oser l’ivresse demande une préparation et un débriefing grâce à la réFLEXion. »

Vers les jeux sur le risque et l'ivresse

 


Capacité à communiquer (2009-2010)

Pouvoir se confier à quelqu’un et savoir être à l’écoute des autres sont des éléments importants de la relation entre deux personnes. Voilà encourage particulièrement ces deux facultés, dans l’intention de soutenir les enfants et les jeunes pour qu’ils puissent développer et cultiver des relations de confiance avec autrui.

En outre, Voilà souhaite leur offrir un espace pour apprendre à mieux connaître leurs propres intentions et leurs besoins. En créant des conditions cadre appropriées pour cela, Voilà offre aussi aux enfants et aux jeunes la possibilité de s’entraîner à exprimer leurs besoins vis-à-vis des autres et dans un groupe.

 


Le travail en équipe

Travailler en équipe, tenir compte des différents besoins et aptitudes des uns et des autres, se sentir responsable de soi-même et des autres, voici des points essentiels de la promotion de la santé mais aussi de la vie au quotidien.

Grâce à la formation de base et à la formation continue des animateurs des associations de jeunesse, grâce à l’élaboration commune de nouvelles idées à mettre en œuvre dans les camps et grâce à la participation de tous à l’organisation des activités, Voilà montre continuellement de quelle manière concrète le travail en équipe peut être mis à profit de manière positive.

Ici aussi, les camps de vacances organisés par les associations de jeunesse ont un rôle essentiel à jouer : les jeunes ont l’occasion de s’exercer au travail en équipe lors de la planification du camp et de sa réalisation et apprennent à assumer des responsabilités et à assurer la défense de leurs propres intérêts. Le camp offre aux participants, enfants ou jeunes, un espace pour apprendre à gérer des conflits, à être à l’écoute des besoins des autres et à s’imposer eux-mêmes.

 

L’expérience de la vie en communauté

Les camps organisés par les associations de jeunesse jouent un rôle central dans le renforcement du bien-être social des enfants et des jeunes : c’est là qu’ils ont l’opportunité de vivre en communauté avec des personnes de leur âge, de contribuer à les influencer dans l’organisation du quotidien et d’être présents lors d’une foule d’événements de la vie en commun. Tout ceci soutient la formation de personnalités saines, dévoile de nombreuses ressources personnelles et renforce le sentiment d’intégration et d’être le ou la bienvenu(-e) dans un groupe. Enfin et surtout, des amitiés qui durent toute la vie s’y nouent très souvent.

 

Motiver les jeunes à faire du sport

La promotion du bien-être physique et l’un des trois objectifs principaux de Voilà. Nous mettons tout particulièrement l’accent sur la question de savoir comment motiver les enfants et les jeunes à pratiquer (plus souvent) un sport. Pour qu’ils apprennent à associer l’activité corporelle avant tout au plaisir, Voilà cherche à aider les enfants et les jeunes à surmonter les premiers obstacles et éveiller leur goût de l’activité physique.

Alimentation et mouvement

C’est autour du thème « Voilà : alimentation et mouvement dans les camps d’enfants et de jeunes » que quelques 3700 animateurs de camps de vacances organisés par des associations de jeunesse se sont engagés en 2005 et 2006 pour motiver les enfants et les jeunes à s’alimenter de façon équilibrée et à faire de l’exercice tous les jours. Les objectifs du projet étaient les suivants :

Les participant(-e)s des camps (âgés de 6 à 16 ans) :

  • savent qu’il est important et pourquoi, de manger sainement et de faire suffisamment
    d’exercice ;
  • savent qu’il y a un rapport direct entre leur bien-être général et la pratique d’un sport associée à une alimentation saine ;
  • savent ce que c’est que de « manger sainement » et de « faire suffisamment d’exercice » ;
  • réfléchissent à leur propre comportement en matière de mouvement et d’alimentation et sont capables de se fixer des objectifs en fonction de cela.

Environ 900 animateurs d’associations de jeunesse ont été formés spécialement en 2005 et 2006 pour parvenir à sensibiliser les participants des camps à la thématique « alimentation et mouvement » et agir comme des « multiplicateurs ». Ils ont pour tâche de faire réfléchir activement les enfants et les jeunes qui participent à des camps de vacances organisés par des associations de jeunesse sur leur comportement alimentaire et sportif.

Le projet a reçu le soutien de Suisse Balance (www.suissebalance.ch).

 

La conscience de son propre corps

Voilà indique aux filles et aux garçons, aux jeunes hommes et aux jeunes femmes un comportement guidé par la conscience de leurs responsabilités vis-à-vis de leur propre corps. Ils sont encouragés à écouter les signaux que leur adresse leur corps et à gérer leurs ressources de manière plus attentive. Dans les camps organisés par les associations de jeunesse, ils apprennent à accepter leurs limites et nous les aidons à gérer la violence et à transformer positivement leur agressivité pour la laisser s’exprimer d’une manière enrichissante.